logo-big-white

Dermite

Dermite

favicon30
mouche

La pathologie de l’été

Les différents types de dermite :

– bactériennes

– fongiques

– parasitaires

– virales

– alimentaires

 

les dermites bacteriennes :

elles sont tres courantes, à n’importe quelles saisons car la pluie, les zones humides dans les prairies ou les box sont des terrains de prédisposition pour ces bactéries

Elles peuvent toucher toutes les zones du corps

 

Symptômes : démangeaisons ou non , papules, perte de poils , nodules

zones affectées : encolure, crinière, queue, membre, flanc etc…

 

Dermatite staphylococcique : due à la saleté du harnachement, elles se déclarent sur les zones de contact et peuvent s’étendre

 

Dermite fongique :

 

moins fréquentes, elles correspondent à la formation de champignons entrainant une perte de poils

La plus connue est la teigne, qui est contagieuse, le matériel et les box devront être désinfectés

 

Dermite parasitaire :

 

Les plus courantes, il y a 2 catégories les dermites causées par les acariens et celles causées par les insectes

 

Leur point commun est l’humidité

 

Les acariens responsables de la gale, 3 type de gales

 

– la gale des paturons : elle touche les extrémités du cheval, en commençant par le paturon (perte de poils, demangeaisons, croutes)

 

– gale des crins : sur la crinière et la queue, quasi identique aux symptômes de dermite estivale

 

– gale sarcoptique : l’acarien femelle pond des oeufs dans la peau du cheval, entrainant des éruptions cutanées

 

Les insectes piqueurs :

 

les plus répandus :

– les poux il aime le poil long, on le trouve plus fortement en hiver qu’au printemps

Quand ils touchent les membres, la gêne occasionnée est équivalente à la gale des paturons (demangeaison, perte de poils, prurit)

 

– les mouches piqueuses

La principale l’haematobia ne s’éloigne pas de la région ventrale mais sont très virulentes

 

– Les stomox piquent les membres et le ventre ces piqures provoquent nodules et croûtes

 

– Les simulies : leur piqure est très douloureuses et ont lieu le matio et le soir en saison douce (tête, oreille)

 

– Les tiques : en pèriode estivale elles peuvent piquer sur tout le corps

 

– Les taons : leur piqure est très douloureuses et forment de grosses pustules circulaires, actifs toute la journée en été

 

-Les moucherons : Responsables de la dermite récidivante, réaction allergique non contagieuse

Leur salive urticante provoque des demangeaisons, un grattage intense peut provoquer une perte de poils

Ces insectes sont très actifs entre 19h et 22h, mais ne naissent qu’en saison douce

 

-Les oxyrius equi : parasites internes (vers) qui remontent le tube digestif pour pondre vers l’anus

Du prurit en découle et des démangeaisons sur le train arrière et entre les jambes, un vermifuge adapté est la meilleure alternative ainsi qu’un entretien des zones de vie

 

Les dermites virales : beaucoup plus rares (sarcoides, arterite virale) elles nécessitent un diagnostic poussé

 

Les dermites alimentaires : Mêmes symptômes que la dermite d’été, alimentation trop riche, trop abondante, ou peu variée

Une diminution des rations peuvent améliorer le problème

Cela peut aussi être une allergie a un élément de l’alimentation

 

 

Les autres dermites possibles :

 

On peut avoir des réactions cutanées dûes à des piqures de guêpe, elles disparaissent à l’application d’une lotion apaisante anti démangeaisons

 

D’autres peuvent être dûes à un anti mouche, une modification alimentaire, un médicament mal supporté….

 

Les réponses à ces dermites :

 

1/ se rapprocher des besoins primaires :

 

A l’origine les chevaux avaient de vastes étendues de prés, où il trouvait tout ce dont il avait besoin

Mais actuellement, il est rare de trouver un cheval dans ce cas là

 

L’eau est aussi importante que l’alimentation, il est donc important de nettoyer les abreuvoirs, assurez vous que la qualité de l’eau soit correct, et assurez vous qu’il en ait toute la journée

 

La litière : les chevaux évitent les zones souillées susceptible d’être contaminé pat des bactéries, il est conseillé de curer les box régulièrement et de videz le box à fond en le désinfectant de temps à autre, assurez vous que les zones de vie ne soient pas trop humide, aérer les box, douchez les membres quant ceux ci sont couverts de boue et séchez les pour les chevaux les plus sensibles

 

Les prairies :

Il est conseillé qu’un cheval passe au moins la moitié de son temps à l’extérieur

A la base le cheval est en mouvement pour se nourrir (manger, marcher, manger)

Il est un être social et a besoin de ses congénères, son bien être mental contribuera à sa santé physique

 

Le sortir évitera l’ennui et donc les problèmes de tics, d’agressivité etc…

 

Si possible le mettre avec un congénère, évitez de mettre 3 chevaux ensemble

 

Essayez de semer au printemps pour renouveler les prairies, et essayez d’alterner les parcs même s’ils sont petits

Les parcs s’appauvrissent d’années en années et ces prairies deviennent moins nutritives

 

Luttez contre l’humidité et remblayez les zones humides, si ce n’est pas possible faire plusieurs entrées au parc cela évitera les piétinements

 

2/ Nourrir

 

Les désordres dermatologiques résultent en grande partie de l’alimentation

 

Il faut adapter l’alimentation à l’activité, à la saison et à la race

 

Il est important d’apporter une diversité alimentaire, différente selon les saisons

 

L’assimilation alimentaire se fait en 18h, ce qui implique que les rations doivent être données 18h avant que celles ci soient réellement assimilées au moment de l’effort

 

Le cheval cherche à s’alimenter les 3/4 de la journée, le reste du temps le cheval se repose, et a une vie sociale

 

Il est donc important de fractionner les rations

 

Le cheval a besoin d’une certaine diversité alimentaire, dans le foin et selon la qualité il peut trouver un minimum de diversité

 

La DERE (dermite estivale récidivante)

 

C’est une allergie aux piqûres de culicoides (salive urticante des mouches)

Ces mouches n’apparaissent qu’au delà d’une température matinale de 10°

 

Aucun traitement n’existe, pour combattre une allergie, il faut permettre à l’organisme de mieux réagir à l’agent étranger en le rendant moins sensible, renforcer le système immunitaire affaibli est donc l’objectif du combat contre la DERE

 

La DERE n’est pas réellement héréditaire, néanmoins l’affaiblissement de l’organisme d’une génération sur l’autre peut être un terrain propice à la continuité de l’allergie

 

Les armes sont des palliatifs anti démangeaisons pour le bien être quotidien, indispensables pour permettre au cheval de redevenir serein et de limiter son stress lié aux grattage

Cela contribue à renforcer son état mental et physique d’une année sur l’autre

 

Concernant les couvertures ant insectes, elles sont efficaces en cas de DERE, par contre elles ne servent à rien pour d’autres dermites

Si un cheval avec ce type de couverture continue à se gratter il est fort probable qu’il présente une autre pathologie

 

Le moyen le plus fiable de faire un diagnostic est de faire un bilan sanguin

 

Prévention

 

Si la dermite est causée par des piqûres d’insectes, il est judicieux de donner de l’ail, plusieurs semaines avant l’apparition des insectes piqueurs. L’allicine qu’il contient est en grande partie évacué par la peau et repousse les insectes

 

Retrouvez tout nos produits pour vous aider à lutter contre ces dermites sur notre site :

www.autourdesplantes.com

 

 

 

Laissez un commentaire

Vous devez être connectés afin de publier un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.